Le 11 novembre 1918, 11h, signature de l’armistice… Comment ont réagi, après tant d’annonces différées d’une fin proche et d’espoirs déçus, les Français ordinaires ? Une centaine de témoignages authentiques et inédits, issus de correspondances ou des carnets personnels, donne la parole, un siècle plus tard, à ceux qui ont vécu "la fin du cauchemar".
Du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019, le Musée de l'Armée présente en partenariat avec la Mission du Centenaire une exposition sur un aspect mal connu de la Première Guerre mondiale : la poursuite des combats à l'Est et au Proche-Orient jusqu'en 1923.
Dès la fin de la Première Guerre mondiale, la commémoration du 11 novembre devient rapidement un enjeu mémoriel dans une république qui multiplie depuis près de quarante années allégories, symboles, lieux de mémoire.
Les Éditions Gallimard et la Mission du Centenaire commémorent le centenaire de l'Armistice du 11 novembre par la publication d'un ouvrage exceptionnel : une trentaine d'écrivains s'expriment sur ce que l'Armistice de 1918 évoque pour eux.
Pendant toute la durée de la Première Guerre mondiale, les petits parisiens de l'école élémentaire de la rue Sainte-Isaure ont mis sur papier leur vision du conflit, à l'avant comme à l'arrière.
Source : Société d'Histoire et d'Archéologie Le Vieux Montmartre
Dans le cadre de l'année Clemenceau, le Centre des monuments nationaux et la Fondation du musée Clemenceau présentent au Panthéon, à Paris, une exposition consacrée à l'ardent républicain qu'était Georges Clemenceau, du 30 octobre 2018 au 10 février 2019.

L'agenda
du Centenaire

Vivre le Centenaire
Voir la rubrique
en france

L'agenda du Centenaire

16 nov 2018
16 nov 2018
Exposition
France | Coutras
16 nov 2018
Spectacle
France | Villemoisson
video

À l’occasion du Centenaire de l’Armistice, l’Historial de la Grande Guerre de Péronne donne vie à un ingénieux projet collaboratif numérique intitulé le "Visage Inconnu". Quelques soient leurs nationalités ou leurs origines, des millions d’humains, hommes et femmes, engagés dans le conflit ont été victimes des horreurs de la Première Guerre mondiale. À la mémoire des vies brisées par la guerre, pendant des mois, des dizaines de milliers de portraits ont été récoltés et superposés grâce à un algorithme pour n’en faire qu’un seul et même visage, humain, universel.

Les monuments aux morts
La Grande Guerre en dates