Dans le monde > Europe > Allemagne > Une publication clandestine de 1918 dans les tranchées allemandes

Une publication clandestine de 1918 dans les tranchées allemandes

La Bibliothèque portative Reclam
© La Contemporaine / BDIC
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

La pratique des écrits camouflés (ou Tarnschriften) diffusés clandestinement, est un phénomène relativement bien connu dans l’histoire des publications de propagande de la Seconde Guerre mondiale[i]. Ainsi par exemple, sous la couverture d’une « innocente » brochure du Thüringer Verkehrsverein intitulée Unsere deutsche Heimat (1935) se dissimule en fait un appel de l’IAH (Internationale Arbeiterhilfe) invitant les Allemands à joindre le front uni contre Hitler aux côtés du leader communiste Ernst Thälmann.   

Il existe des précédents tout au long de l’histoire allemande. Celui qui nous intéresse plus particulièrement concerne la Première Guerre et implique une maison d’édition au statut singulier outre-rhin. Il  s’agit de la prestigieuse Reclam Verlag, connue en particulier pour ses Reclam-Hefte qui alimentent l’Universal-Bibliothek, sorte de collection à vocation encyclopédique de livres en petit format, comprenant aussi bien des classiques de la littérature mondiale que des textes philosophiques et historiques de référence. En somme, une bibliothèque de l’honnête homme à prix abordable, fondée en 1867 et qui se perpétue encore de nos jours.

Or, en septembre 1918 circule sur le Front ouest un opuscule de 38 p. sous couverture Reclam-RUB, daté d’avril 1918 et portant le curieux titre Zwei Fragen, l’auteur se prénommant Siegfried Balder. Le titre est intriguant et le nom de l’auteur l’est tout autant. Ce « Siegfried Balder » a des accents par trop guerriers et nous renvoie dans un concentré germanique au seigneur tueur de dragon et au Dieu de la mythologie nordique. Les deux questions du titre, développées dans le corps du texte, sont les suivantes : « A qui la faute de cette guerre ? » et « Pourquoi combattons-nous ? ».     

 Il s’agit en fait d’un ouvrage pacifiste appelant les soldats allemands à se libérer du « bourrage de crâne » guerrier qui a transformé l’Europe en gigantesque cimetière à ciel ouvert, un appel pressant à cesser les combats. Ce texte nous invite à faire quelques remarques : il est rédigé à la fois dans un style très didactique, car riche d’informations factuelles, et en même temps déclamé sur un ton fort lyrique, aux accents quasi schilleriens[ii]. L’auteur se réclame du reste de la culture classique allemande et en particulier de E. Kant dont il cite abondamment De la paix perpétuelle (1795) pour étayer ses développements. Un détail cocasse est qu’il s’offre le luxe de renvoyer à l’édition du texte de Kant dans la Universal-Bibliothek, chez son soi-disant éditeur donc, en mentionnant le numéro exact du livre  dans la série. Une publicité que l’éditeur Reclam aura sans doute appréciée à sa juste valeur. En dehors des nom et titre, le numéro même de ce Zwei Fragen avait d’ailleurs de quoi mettre la puce à l’oreille sur la question de son authenticité, car il ne correspond à rien de rationnel par rapport à sa date de parution.

Le véritable auteur de ce pamphlet (Flugschrift) est en fait l’avocat déserteur et pacifiste Wilhelm Eckstein. Sa diffusion clandestine sur le Front ouest s’est opérée entre autres par « lâcher d’avion » (Fliegerabwurf) de l’aviation française[iii]. La contemporaine conserve d’autres ouvrages de cet auteur, toujours rédigés sous le même pseudonyme.  

A gauche, Siegfried Balder, Zwei Fragen, édition clandestine diffusée sur le Front ouest en septembre 1918 par Fliegerabwurf. Notez que le n° (197) est totalement erroné par rapport à la série en cours (5000…). A droite une édition « en règle » de la Reclam Universal Bibliothek, Paris vor dem Krieg, Walther Siegfried, portant le n°5926.

Un dernier élément à mentionner concerne l’ « éditeur » que s’était choisi Wilhelm Eckstein alias Siegfried Balder pour diffuser son écrit clandestin. Reclam, éditeur de grande diffusion, était comme beaucoup d’autres partie prenante dans l’effort de la « guerre du papier[iv] »  et il menait lui-même une politique éditoriale visant à diffuser certains de ses ouvrages dans les tranchées, avec communication ciblée, un marketing adapté dirait-on en termes contemporains. Ainsi la Tragbare Feldbücherei  ou bibliothèque portative, « proposant un assortiment de bons livres pour la tranchée et la garnison » est à versée au compte de ces entreprises de fourniture de nourritures spirituelles aux soldats. Ou encore cet appel intitulé « De la faim de lectures de nos soldats » qui se conclut par l’exhortation : « Envoyez des livres Reclam sur le champ de bataille ! ». Pour son opération de propagande pacifiste, W. Eckstein avait donc choisi la meilleure « couverture » qui soit pour tromper l’ennemi.

 

[i] Le chercheur Heinz Gittig (1923-2002) en était le principal compilateur et historien : voir notamment  Bibliographie der Transchriften 1933 bis 1945, De Gruyter, 2016. Voir également Hélène Camarade, Le tract, média du pouvoir et des contre-pouvoirs : l'exemple de l'espace germanique (XVe-XXe siècles), Le Bord de l’eau, 2017. 

[ii] On livre ici un court extrait représentatif, suivi de sa traduction française :  

Warum kämpft ihr ? Seid ihr Sklaven ? Nein, denn auch Sklaven sind Menschen von Fleisch und Blut und hätten sich längst empôrt und ihren Henkern den Gehorsam verweigert. Ihr seid viel schlimmer als Sklaven, ihr seid verrückt, von einem Wahnsinn besessen. […] Seid ihr denn verfault bis ins Mark eurer Knochen? [Pourquoi combattez-vous? Êtes-vous des esclaves ? Non, car les esclaves sont des hommes de chair et de sang et se seraient depuis longtemps révoltés et auraient refusé obéissance à leurs bourreaux. Vous êtes pire que des esclaves, vous êtes des déments, les prisonniers d’une folie. […] Êtes-vous donc putréfiés jusque dans la moelle de vos os ?    

[iii] Sur ce sujet, voir notamment : Michael Tobegen: « Ein Trommelfeuer von bedrucktem Papier. Fliegerabwürfe in der Deutschen Nationalbibliothek ». In: Hiller von Gaertringen (Hrsg.): Kriegssammlungen 1914-1918. ZfBB-Sonderband 114, Klostermann, Frankfurt/M, 2014.

[iv] Cf. Dir Christophe Didier, Orages de papier : [Exposition] 1914-1918 les collections de guerre des bibliothèques, Somogy, Paris, 2008.