Dans le monde > Europe > Pologne > A Varsovie, l’exposition "A l’Est, la guerre sans fin 1918-1923"

A Varsovie, l’exposition "A l’Est, la guerre sans fin 1918-1923"

Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)
© Ambassade de France à Varsovie

Le 16 avril 2019, une déclinaison de l'exposition « A l’Est, la guerre sans fin 1918-1923 » a été inaugurée à Varsovie par l'ambassadeur de France en Pologne Pierre Lévy. L’inauguration a eu lieu en présence de Krzysztof Szczerski, chef du cabinet du Président polonais, Paweł Soloch, chef du Bureau de Sécurité nationale, et Jean-Noël Jeanneney, historien et ancien ministre français.

Cette exposition est la troisième exposition produite par l’Institut français de Pologne consacrée aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et du recouvrement de l’indépendance de la Pologne : après les photographies de l’Armée bleue du général Haller et l’exposition sur l’amitié franco-polonaise dans le recouvrement de l’indépendance de la Pologne, ce troisième volet, consacré à l’Europe centrale et orientale dans les années qui ont suivi l’armistice, a été organisé avec le soutien du musée de l’Armée à Paris. Il s’agit d’un extrait de l’exposition présentée au musée de l’Armée à Paris jusqu’au 20 janvier dernier et qui y a rencontré un grand succès.

L’inauguration de cette exposition à Varsovie marque également le centenaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et la Pologne.

Dans son discours d’inauguration, l’ambassadeur de France a souligné que l’exposition a pour ambition « de rapprocher les deux mémoires historiques européennes : pour l’Ouest en effet, la guerre s’arrête à l’armistice, alors que pour l’Est, ce sont cinq années de conflits, de violences et de tensions – guerres interétatiques, guerres civiles, révolutions, pogroms, déplacements de populations – qui accompagnent la mise en œuvre des traités de paix et la naissance de nouvelles frontières et de nouveaux États, sur les décombres des Empires ».

Jean-Noël Jeanneney a, quant à lui, développé son discours autour du concept de la durée et a insisté sur la conjoncture favorable au rétablissement de l’indépendance de la Pologne dès la fin de la Première Guerre mondiale – une conjoncture imprévisible quelques années auparavant, mais saisie adroitement par les Hommes d’Etat de l’époque. Dans ce contexte, il a mentionné le rôle clé de Georges Clemenceau en insistant sur les bonnes relations de Clemenceau avec Ignacy Paderewski. En effet, Clemenceau vouait une sympathie et une considération hors pair pour Paderewski.

Informations pratiques

L’exposition est composée d’une série de panneaux installés sur les grilles extérieures de l’ambassade de France à Varsovie jusqu’au 14 juillet 2019. L’ambassade invite tous les passants à redécouvrir la période qui a suivi la signature de l’armistice le 11 novembre 1918 et la recomposition de l’Europe après la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, l’ambassade peut mettre cette exposition à disposition pour une présentation en dehors de Varsovie.

> En savoir plus