En France > 2018 - le programme national du Centenaire de la Première Guerre mondiale

2018 - le programme national du Centenaire de la Première Guerre mondiale

© Mission du Centenaire
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le dernier acte du Centenaire a été officiellement lancé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale à Clermont-Ferrand, le 18 septembre 2018, en présence du ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer et de la Secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq. A cette occasion, le programme du cycle commémoratif de l'année 2018 a été dévoilé, dont la version web est à télécharger ci-dessous. 

2018, point d'orgue du cycle commémoratif du Centenaire 14-18

2139 projets commémoratifs se sont vu attribuer le label officiel du Centenaire en 2018. Ce chiffre impressionnant témoigne de la forte remobilisation des acteurs sociaux à l’approche de la fin de la commémoration. À cette puissante dynamique nationale, vient s’adjoindre la présence réaffirmée de nos partenaires étrangers au sein de l’espace commémoratif. Parmi eux, de nouvelles nations pour qui l’année 1918 est moins un aboutissement qu’un commencement. On songe à la République tchèque et à la Slovaquie, qui commémorent cette année à Darney, dans les Vosges, la remise de leur premier drapeau par le Président Poincaré. Ces deux nations profondément européennes se sont retrouvées en 2018 pour commémorer la naissance d’un État – la Tchécoslovaquie – aujourd’hui défunt. Comme les années précédentes, l’Australie poursuit le récit de son accession à la souveraineté sur les champs de bataille du front de l’ouest : huit mille invités français et australiens se sont rassemblés le 25 avril 2018 pour l’ANZAC Day,  dès l’aube, au mémorial australien de Villers-Bretonneux dans la Somme, en présence des premiers ministres français et australien.

À Richebourg avec le Portugal, à Belleau avec les États-Unis, à Amiens avec le Royaume‑Uni, le Canada, l’Allemagne, les États‑Unis et l’Australie, au Quesnoy avec la Nouvelle-Zélande, d’importantes cérémonies internationales organisées en intelligence étroite avec les populations et les territoires rappellent l’intensité et l’ancrage local des mémoires internationales de la Première Guerre mondiale.

Le Centenaire de tous les Français

Au cours de l’année 2018, les projets culturels, pédagogiques et scientifiques se poursuivent et se multiplient à l’approche de la fin du cycle commémoratif. Histoires locales, mémoires internationales, monographies savantes, créations artistiques, recensement de Poilus ou de monuments aux morts : les Français poursuivent leur exploration méthodique et érudite des traces de la Grande Guerre. L'ensemble de ces projets est publié sur l'Agenda du Centenaire.

Un hommage à Georges Clemenceau

2018 a également été placée sous le signe de Clemenceau, président du Conseil et ministre de la Guerre, auquel le Président de la République a souhaité rendre hommage tout au long de l’année. Un site Internet a notamment été créé à cette fin, par la Mission du Centenaire, en janvier 2018 : clemenceau2018.fr

La Grande collecte de fin du Centenaire

La troisième et dernière édition de la Grande Collecte livrera au mois de novembre une nouvelle moisson de documents précieusement conservés dans les familles. Avec la numérisation et la mise en ligne de nombreux fonds d’archives, le Centenaire est un plébiscite pour les patrimoines documentaires de la Grande Guerre. Les Français les consultent désormais massivement grâce aux efforts des collectivités publiques. Ces nouvelles pratiques culturelles renouvellent en profondeur les traditionnels rites commémoratifs.

Le Centenaire à l'école,  un important creuset de la commémoration

L’école a pour sa part été depuis 2013 un important creuset de la commémoration, une source inépuisable d’apprentissages, de réflexions civiques et de créations, avec de nombreux projets recensés dans l'espace pédagogique de centenaire.org. Avec conviction et dans un esprit de liberté, l’ensemble de la communauté éducative a été au diapason de la commémoration.

Une mobilisation constante des territoires depuis 2014

Quel bilan faut-il tirer pour les territoires qui avaient prophétisé le Centenaire avant tout le monde ? Si le public a bien été au rendez-vous, reste encore à mesurer l’impact réel de la fréquentation des sites de mémoire et surtout la durabilité du phénomène mesuré depuis cinq ans sur l’espace géographique de l’ancien champ de bataille.

Le Centenaire nous a révélé enfin que la mémoire combattante a évolué, qu’elle s’est renouvelée et enrichie. Les précédents anniversaires étaient rythmés essentiellement par des cérémonies commémoratives. Le Centenaire a été le premier véritable cycle commémoratif, mouvement profond et au long cours, ininterrompu durant 60 mois. Cette mobilisation constante depuis 2014 culminera à son paroxysme le 11 novembre 2018, partout en France et notamment à Paris, où le monde entier s’est donné rendez-vous pour penser le monde d’aujourd’hui à l’aune des douloureux enseignements de 1918.

Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

 

> Retrouvez le programme national du Centenaire de 2018 en ligne (PDF - 22 Mo)