Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Deuxieme Degre > "16, collection Margot" : un livre-monument créé par des lycéens de Verdun

"16, collection Margot" : un livre-monument créé par des lycéens de Verdun

Extrait du livre réalisé par les élèves du lycée J.-A. Margueritte de Verdun
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Dans le cadre du centenaire de la bataille de Verdun, des élèves du lycée J-A Margueritte ont effectué en 2016 un travail mémoriel et artistique autour des monuments commémoratifs. Un travail réalisé avec l'aide d'un poète et d'un photographe qui a débouché sur la publication d'un livre original.

Les élèves de 105S du lycée J.-A. Margueritte de Verdun, ont mené, en 2016, dans le cadre d’une classe à PAC Patrimoine (Projet Artistique et Culturel), un travail autour de la mémoire de la Bataille de Verdun et des monuments érigés pour la commémorer.

Ce travail transdisciplinaire, mené avec les enseignants de lettres, d’histoire, la documentaliste et les artistes Jacques Grison (photographe) et Franck Doyen (poète) s’est axé autour de ces problématiques : 

  • Comment les élèves de 1ère peuvent-ils aujourd'hui créer et s’approprier leur représentation de la guerre ?
  • Comment l'œuvre, le monument (ce qui demeure) garde la trace de ce qui a été, de la bataille, de la vie des soldats et des leurs (de ce qui était mouvement) ?
  • Comment l'image du monument convoque la question de la représentation ?

D’emblée, le projet s’est ancré dans une démarche active des élèves, l’objectif étant de partir de leur « perception des monuments ». Les artistes Jacques Grison et Franck Doyen sont intervenus tout au long de l’année pour aider les élèves à affirmer leur regard et à écrire autour des monuments.

Les recherches et les collectes

La première phase du projet s’est donc centrée sur la redécouverte du patrimoine historique, sur le questionnement des œuvres mémorielles d’hier et d’aujourd’hui à travers les visites, et les recherches autour des monuments et des lieux de mémoire : la statue de la Victoire de Rodin (La Défense), le monument aux Enfants Morts de Verdun, les Chapiteaux des colonnes de la Cathédrale de Verdun, l’Ossuaire de Douaumont et le village détruit de Bezonvaux. Les élèves se sont documentés sur les artistes à l’origine de ces projets, sur leurs engagements dans la Guerre, sur le contexte de réalisation des monuments verdunois, sur la fonction de ces œuvres hier et aujourd’hui. Ils ont mené ce travail, entre autre, dans les archives de la Bibliothèque d’étude et de la Mairie.

Parallèlement à ces travaux de recherche, les élèves ont collecté du matériau : mots, images, chiffres, photos, empreintes, copies d’archives, etc. pour réaliser ensuite leur propre monument.

Le monument en devenir

La seconde phase du projet a été consacrée à la restitution de ce travail : comment créer leur monument, œuvre collective et personnelle ? Comment inventer leur iconographie ? Quelle forme peut-il prendre ?

L’idée du livre, trace écrite et visuelle de leurs perceptions de Verdun 1916 s’est alors imposé.

Restait à choisir le format du livre et son papier. Les double-pages du livre destinées, au préalable, à être exposées lors des commémorations devaient être d’un grand format, d’où le choix d'un 50x65 sur un support du quotidien qui conserve la mémoire d’hier et d’aujourd’hui : des chutes des bobines du journal l’Est Républicain.

La création des pages

Les élèves, non plasticiens, se sont initiés à la réalisation d’images : dupliquer, créer une image à partir d’un mot, coller, agrandir/réduire, assembler des matériaux différents pour raconter en image leur « bataille » de Verdun.

Les 32 élèves ont donc cherché comment créer leur double page liant texte et images : ils ont alors assemblé, déchiré, mesuré, remesuré… déconstruit, recommencé, osé, trouvé, imprimé directement sur le papier journal. Ce fut difficile, il a fallu beaucoup de ténacité de la part de tous pour aboutir à cette réalisation : sortir des clichés, investir l’espace de la page, de la double page. De plus, le papier journal se déchirant facilement, les pages réclamaient beaucoup d‘attention et de méticulosité, et il fallait mettre en regard poèmes (au carré, en "tweet") et visuels, refaire des carrés parfaitement carrés, chercher le mot, l’organisation et la forme juste. Leur projet initial n’était pas du tout celui-là et c’est par leurs recherches et expérimentations qu’ils en sont arrivés là.

Le livre-monument

C’est ainsi que les pages du 16, collection Margot sont nées. Le livre imprimé devient ainsi leur monument, leur porte-parole de la Bataille de Verdun.

> Découvrir le livre en images