Espace pédagogique > Une stèle mémorielle en Macédoine gravée par des lycéens de Coutances

Une stèle mémorielle en Macédoine gravée par des lycéens de Coutances

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

En lien étroit avec le lycée Josef Broz Tito de Bitola, en Macédoine, 28 élèves du lycée des Métiers du bâtiment La Roquelle, à Coutances (50), ont travaillé sur l'histoire du Front d'Orient pendant la Première Guerre mondiale, à travers l'écriture et la gravure.

La Macédoine, carrefour du front d’Orient et candidate à l’entrée dans l’Union Européenne, offre aux jeunes français un territoire et une histoire riches d’enseignements, ainsi qu’une opportunité pour donner du sens aux mots "mémoire" et "paix". Comment appréhender l’histoire de ces soldats, le travail de mémoire et ses propres compétences de citoyen, d’Européen et de jeunes en formation professionnelle ? Comment se baser sur la "petite" histoire pour appréhender la "grande" afin de sortir des hommes ordinaires de l’oubli ?

Pour cela, une partie de l’équipe pédagogique est partie de l’histoire locale, du parcours de six soldats de la région de Coutances, pour aborder la Grande Guerre, et particulièrement le Front d’Orient.

Ce groupe d’élèves en formation Bac professionnel assistant architecte a travaillé sur ce projet en étudiant l’histoire de la Première Guerre mondiale et le parcours des six soldats du coutançais mobilisés sur le front d’Orient et inhumés dans la ville de Bitola. Pour chacun d’eux, ils ont reconstitué leur biographie réalisée notamment à partir des registres matricules puis des documents trouvés aux archives départementales de la Manche et sur le web. Les élèves de Bitola ont également participé à ces recherches en étudiant la vie des civils macédoniens pendant le conflit.

Parallèlement, des élèves de la filière Brevet des Métiers d’Art (option gravure) ont travaillé sur la réalisation d’une œuvre mémorielle en pierre en souvenir des soldats du front de l’Orient mais aussi de toutes les victimes de la Grande Guerre.

Cette œuvre représente des soldats du front d’Orient blessés au combat sur une montagne en granite. Réalisés à partir d’un matériau assez souple appelé la plastiline, les soldats ont ensuite été sculptés dans de la pierre calcaire. La colombe vers laquelle se dirigent ces soldats a été également gravée dans la même pierre. Sur le socle, des noms d’hommes et de femmes de la Grande Guerre ont été gravés ainsi que les noms des principales villes où eurent lieu les hostilités. Ces inscriptions ont été écrites à la fois en français et en macédonien afin de rendre hommage aux deux pays partenaires du projet. Puis, l’élément rouge et or de la sculpture lié aux ailes de la colombe est un vitrail. Il représente le soleil et symbolise ainsi le passage des soldats sortant de l’ombre pour se diriger vers la lumière au sommet de la montagne.

Le 25 avril 2018, au sein du cimetière français de Bitola, élèves français et maçédoniens engagés dans ce projet mémoriel ont inauguré la nouvelle stèle, lors d'une cérémonie d’hommage aux soldats de la Guerre de 1914-1918. Bien plus qu’une stèle commémorative, cette œuvre est aussi un appel à la paix et à la citoyenneté européenne. Des lectures de textes évoquant les destins individuels de soldats normands ont aussi été lus. 

> En savoir plus sur ce projet