Comprendre le Centenaire
Espace scientifique > Colloquesseminaires > "Gagner la paix", un colloque international à Berlin les 11 et 12 octobre 2018

"Gagner la paix", un colloque international à Berlin les 11 et 12 octobre 2018

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les 11 et 12 octobre 2018, Berlin accueille une grande conférence internationale intitulée "Gagner la paix - La fin de la Première Guerre mondiale entre histoire, mémoire et enjeux contemporains". Sous le patronage du Ministère fédéral des affaires étrangères allemand et du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères français, avec l'appui de nombreux partenaires, dont la Mission du Centenaire.

L’objectif de cette conférence internationale consiste à analyser la paix fragile établie après la fin de la Première Guerre mondiale et d’en examiner le sens au regard de son actualité et de sa portée, mais aussi de sa mémoire, pour notre temps et dans la perspective du Centenaire, à la manière dont Marc Bloch, grand témoin et historien du XXe siècle, recommandait d’interroger le passé à la lumière de notre présent. En d’autres termes, il s’agit de tirer de 1918 ce qui reste « bon à penser » pour 2018. Quelles grandes lignes peut‑on tracer depuis les années de l’immédiate après-guerre jusqu’à ce jour ? Quels problèmes, quelles crises d’aujourd’hui remontent à cette époque ? Quelles formules de paix élaborées à la fin de la guerre ont conservé leur actualité ? Quelles étaient leurs contradictions, à quelles limites se heurtaient‑elles ? Quelles erreurs ont été commises lors de leur mise en œuvre ? Le xxe siècle a‑t‑il tiré des leçons de ces erreurs lors des autres grands tournants de son histoire, comme celui de 1945 ou de 1989‑1990, pour gérer la guerre et la paix ? Et quelles leçons pouvons‑nous en tirer aujourd’hui, pour réagir face aux crises et aux conflits actuels ?

Dans la même optique, et de manière tout aussi centrale au regard de la sensibilité que continue d’éveiller le souvenir de la Première Guerre mondiale un peu partout et de la tentation d’une instrumentalisation de l’histoire, il s’agit également d’examiner les cultures mémorielles actuelles. Selon toute attente, en cette année du Centenaire, la mémoire de la Première Guerre mondiale et de sa fin sera commémorée, une fois de plus, de manière très différente selon les pays concernés, au point que c’est la pluralité des mémoires, voire leur collision qui semble parfois l’emporter, davantage que leur convergence. En Allemagne, la défaite et le Traité de Versailles sont perçus comme des étapes et des moments conduisant à la catastrophe du nazisme, tandis que d’autres pays célèbrent avant tout la victoire arrachée au prix de sacrifices héroïques dans une guerre légitime pour la justice et la liberté. Ailleurs, c’est l’accès à l’indépendance nationale qui est au centre des commémorations, tout comme les guerres qui s’ensuivirent. Comment pouvons‑nous, face à ces récits divergents, établir ou discerner des points de convergence et de recoupement entre les cultures mémorielles, non pas dans une volonté de niveler les différentes expériences nationales, mais de promouvoir un apprentissage commun ?

Trois grands axes orienteront la réflexion. Le premier, opérant un état des lieux issu des conférences de paix, examinera les problèmes réglés, ou bien laissés en suspens, voire créés par l’ordre des grands traités. Il regardera également les nouvelles valeurs ou les nouveaux préceptes mobilisés à cette occasion, même si leur mise en pratique a pu se révéler décevante : nouvel ordre international et diplomatique, détermination des frontières, droit interétatique, progression des principes d’autodétermination, de consultation, de démocratie, de coopération et de libre-échange. Il examinera la longue durée ou la portée longue des traités en regardant leurs conséquences encore actuelles, entre enseignements et erreurs.

Le deuxième insistera sur quelques terrains géographiques et thématiques d’observation particulièrement pertinents pour comprendre les ordres et désordres nés du retour à la paix, dont certains agissent encore de nos jours. Nous examinerons donc différentes régions (en Europe et au-delà, y compris les développements en Afrique et dans les anciens empires coloniaux) de même que les mécanismes propres à stabiliser une paix durable. Il pourra également être fait une place à l’étude des séquelles de longue durée, tant pour ce qui concerne les migrations et les déplacements/échanges de populations que les traumatismes liés à la guerre elle-même, mais aussi à la démobilisation et à l’accoutumance des sociétés à la brutalisation et à la violence.

Un troisième axe de réflexion s’intéressera aux mémoires plurielles de la guerre et de sa fin, tandis qu’une table-ronde finale réunira différents penseurs et acteurs de la paix et du règlement des conflits.

La conférence est donc bien fortement axée sur le présent et s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire qui entend faire dialoguer scientifiques de diverses disciplines, intellectuels, journalistes, praticiens et acteurs actuels de la paix et du règlement des conflits de différentes régions d’Europe et au-delà. Ouverte à tous les participants intéressés, elle sera accompagnée d’une vaste campagne de communication, notamment à travers les réseaux sociaux. Elle est l’aboutissement d’une décision du Conseil des ministres franco-allemand, organisée par l’Université libre de Berlin en coopération avec l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales de Francfort, le Musée historique allemand de Berlin, le Centre Marc Bloch, l’Université Humboldt de Berlin et M. Markus Meckel, sous l’égide du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères, du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères et de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

Le programme de la conférence

La conférence est divisée en six grandes parties : 

  1. Le règlement de paix après la conférence de Paris et nos conceptions actuelles d’un ordre mondial juste 
  2. La longue durée de la Première Guerre mondiale
  3. Les sociétés entre guerre et paix
  4. La paix et le pouvoir après la Première Guerre mondiale 
  5. Commémorer la guerre et la paix - le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale
  6. Quelles leçons tirer de la Grande Guerre ? Stratégies, instruments et acteurs de la paix

Un programme plus détaillé sera publié prochainement.

> Pour aller plus loin : win-peace-conference.berlin/