Espace scientifique > Pays Belligerants > La société allemande à l’épreuve de la guerre

La société allemande à l’épreuve de la guerre

Les Allemands évoquent peu la Première Guerre Mondiale. Pour eux, elle est une Urkatastrophe, cette catastrophe originelle, qui constitue le point de départ d’une nouvelle guerre de Trente ans, trouvant son terme avec la capitulation du Troisième Reich, dans un pays vaincu, occupé et bientôt divisé1. S’intéresser à la manière dont la société allemande a traversé ce conflit, c’est donc étudier les composantes d’une catastrophe, qui laisse en 1918 la société allemande exsangue, affaiblie, fracturée. Comment donc les Allemands et les Allemandes, en tant que citoyens d’une société ont affronté et subi la guerre et ses conséquences ?

Afin de répondre à cette problématique, il convient d’évoquer quatre points différents. D’abord, l’entrée en guerre d’une société impériale, ensuite, l’avènement d’une société en guerre, qui n’est pas forcément une société de guerre, puis, une société ébranlée par la guerre, pour, enfin, évoquer une impensable sortie de guerre d’une société, qui ne connaîtra le dénouement qu’en 1945.

1 « Der Erste Weltkrieg ist und bleibt die Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts, aus ihm folgten noch größere Schrecken », affirme ainsi Cora Stephan dans un article du journal allemand Die Welt en date du 14 novembre 2013. Voir l'article (consulté le 11 janvier 2014).