Trésors d'archives > Archives > L'occupation allemande à Sedan pendant la Grande Guerre

L'occupation allemande à Sedan pendant la Grande Guerre

Le Sedanais comme l’ensemble du territoire des Ardennes a été occupé pendant quasiment l’intégralité du conflit, du 25 août 1914 au 11 novembre 1918, et même jusqu'au 17 novembre pour la rive droite de la Meuse. Peu de traces subsistent sur la vie des occupés dans les albums photographiques de l’occupant, en revanche les différentes activités des Allemands sont bien documentées. Les images conservées tant dans les fonds publics, associatifs que privés témoignent de l'omniprésence de l’occupant dans les rues, mais aussi dans les nombreux bâtiments réquisitionnés. Une partie du fonds photographique de la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais est présentée dans ce diaporama. La suite de cette collection exceptionnelle est consultable sur le site histoire-sedan.com

1200_px_image_1.jpg

L’invasion a provoqué la destruction de plusieurs villages. À Sedan, le quartier du Fond de Givonne est incendié en partie. Ici des soldats allemands dans l’église Saint-Etienne complètement détruite.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

À Sedan, la prairie de Torcy est un lieu de transit des convois hippomobiles.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

L’invasion a fait des milliers de morts, entre autres lors de la bataille de la Marfée (entre les 21 et 23 août 1914), des tombes collectives sont rapidement créées.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Un monument qui rend hommage aux combattants des deux camps est construit à Noyers-Pont-Maugis, il sera détruit après guerre. De nombreux lieux de batailles sont ainsi « célébrés » par l’occupant.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

La gare de Sedan verra passer des milliers de trains régulièrement chargés de prisonniers comme sur cette photo. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Les grandes offensives marquent aussi l’arrière, ici des soldats allemands blessés lors de l’offensive de Champagne en 1915 sur la place de la gare de Sedan. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

L’arrière, c’est aussi un lieu de repos, de recueillement et de commémorations. La crypte et l’ossuaire de 1870 de Bazeilles seront très prisés des soldats allemands. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

 

L’occupation c’est aussi imposer sa temporalité et ses habitudes culturelles. De nombreux concerts sont organisés en pleine rue. Les occupés se font forts de ne pas assister à ces représentations. Ici place Turenne à Sedan.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

L’occupation c’est l’appropriation des lieux, comme ici le théâtre, le tribunal de commerce et la prison qui sont réoccupés place Goulden à Sedan. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

L’arrière est un lieu d’intendance indispensable pour le front, ici une équipe de boulangers s’affère dans un bâtiment annexe de la gare de Sedan.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

L’arrière c’est aussi le lieu du repos où l’on peut s’adonner à des loisirs comme ici le bowling.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Sedan est une base arrière où transitent de nombreux blessés, le quartier d’Asfeld est particulièrement présent dans les représentations photographiques de l’occupant. Ici la sortie de la chapelle. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Une équipe de soignants au quartier d’Asfeld.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Une autre équipe médicale où la présence féminine chez l’occupant n’apparaît que dans ces photographies avec des femmes infirmières.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Place de la gare à Sedan, un convoi hippomobile croise un bus sanitaire qui se dirige vers la gare.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

La Première Guerre mondiale est aussi l’occasion de nombreuses avancées médicales. Ici un appareil radiographique probablement installé dans une des salles du collège Turenne transformé en lazarett.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Dans la cour du collège Turenne, des blessés légers passent le temps. Les photographes s’attardent souvent sur des blessés légers, rares sont les clichés de soldats gravement atteints. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

Une revue militaire au sein du quartier Macdonald à Sedan. 

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

 

De nombreuses demeures de maître, usines, entreprises sont réquisitionnées par l’occupant pour y installer lazaretts, troupes et divers services militaires.

© La Société d'Histoire et d'Archéologie de Sedan (SHAS)

  • 1200_px_image_1.jpg
  • 1200_px_image_2.jpg
  • 1200_px_image_3.jpg
  • 1200_px_image_4.jpg
  • 1200_px_image_5.jpg
  • 1200_px_image_6.jpg
  • 1200_px_image_7.jpg
  • 1200_px_image_8.jpg
  • 1200_px_image_9.jpg
  • 1200_px_image_10.jpg
  • 1200_px_image_11.jpg
  • 1200_px_image_12.jpg
  • 1200_px_image_13.jpg
  • 1200_px_image_14.jpg
  • 1200_px_image_15.jpg
  • 1200_px_image_16.jpg
  • 1200_px_image_17.jpg
  • 1200_px_image_18.jpg
  • 1200px_image_19.jpg
Diaporama (série d'images thématique)