Trésors d'archives > Fonds Prives > Daniel Girard, agent de liaison et artiste de talent pendant la Grande Guerre

Daniel Girard, agent de liaison et artiste de talent pendant la Grande Guerre

Portrait de Daniel Girard
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Début 2018, les familles Auricoste et Beaudoin ont contacté la Mission du Centenaire pour présenter une collection d'aquarelles de grande valeur artistique réalisées entre 1914 et 1918 par leur aïeul Daniel Girard, alias Max Delian. Un trésor de guerre bientôt déposé aux Archives Nationales, et que nous vous proposons de découvrir en avant-première sur centenaire.org.  

Daniel Girard a 24 ans lorsqu'il est mobilisé en 1914. Ce futur élève de l'Académie Julian, dont plusieurs de ses gravures sont aujourd'hui conservés par le Musée Carnavalet à Paris, fut agent de liaison cycliste pendant une bonne partie de la Grande Guerre, notamment au cours des batailles de l'Artois (1915) et de Verdun (1916). Sa mission, parfois périlleuse, était de porter des messages à vélo à toute heure de la journée ou de la nuit entre les différents postes de commandement. Entre deux transmissionss, Max Delian (son nom d'artiste) tuait l'ennui par l'art et l'écriture. Une centaine de dessins et d'aquarelles de très grande qualité, longtemps consevées par sa famille dans le grenier d'une maison de campagne das le Lot, seront prochainement déposées aux Archives Nationales. En exclusivité, la Mission du Centenaire vous propose tout au long de l'année 2018 sous forme de feuilleton mensuel de plonger dans l'univers inédit de cet artiste de talent, qui a su documenter avec précision (et souvent avec humour), son expérience personnelle de la guerre. 

La vie de Daniel Girard

Daniel Girard (1890 - 1970) est né et mort à Paris. Fils de Max Girard (1860 - 1944), président de la compagnie des avocats agréés au Tribunal de commerce et de son épouse Marthe Berteil (1866-1952), fille du paysan du Lot Antoine Berteil, fondateur de la manufacture de chapeaux de luxe Berteil, Daniel Girard fut élève du collège de l'Île-de-France à Liancourt, où il reçut une éducation sportive à l'anglaise - il deviendra, quelques années plus tard international de hockey sur gazon. 

Après son baccalaurat, Daniel Girard étudie le droit français et anglais à Cambridge, en Angleterre. Il revient en France pour effectuer son service militaire, à Evreux dans l'Eure, entre 1912 et 1914.

Agent de liaison en 14-18

Mobilisé pendant toute la Première Guerre mondiale, il fut longtemps agent de liaison cycliste, notamment durant les batailles de l'Artois (1915) et de Verdun (1916). Sa mission, parfois périlleuse, était de porter des messages à vélo à toute heure de la journée ou de la nuit entre les différents postes de commandement.  Début 1917, il se porte volontaire pour encadrer de jeunes tirailleurs algériens tout juste arrivés en France. 

Il est cité une première fois pour avoir secouru un officier lors d'une attaque au gaz. Blessé par un éclat d'obus lors d'une attaque aérienne en juin 1918, le sang froid avec lequel il  parvient à maintenir le calme lui vaut une seconde citation ainsi que la médaille militaire. Après sa convalescence, en raison de sa pratique de la langue anglaise, il est affecté comme interprète à Aix-en-Provence auprès du commandement allié.

Une carrière d'artiste après la guerre

Après la guerre, Daniel Girard entre à l'Académie Julian, à Paris, où il devient illustrateur de livres pour bibliophiles - il en réalisera une trentaine. Il mena ensuite une carrière de graveur (bois et eau-forte). Plusieurs de ses gravures se trouvent aujourd'hui au musée Carnavalet, à Paris.

Il fut également commissaire général puis président du Salon d'Hiver au Palais de Tokyo à Paris, une dizaine d'années jusqu'à son décès en 1970. Il s'est aussi démarqué en défendant la cause des artistes, afin qu'ils obtiennent des garanties sociales.  

> DIAPORAMA : Aquarelles de Daniel Girard - la bicyclette