Découvrir le Centenaire > Les bilans du Centenaire

Les bilans du Centenaire

Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)
Bilan 2019 Mission Centenaire
© D.R.

Au cours du premier semestre 2019, la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale a conduit d’importants chantiers de capitalisation dans la perspective de la fin de ses activités.

Un travail a été ainsi conduit dans plusieurs domaines clé de son action :

L’organisation d’Assises pédagogiques du Centenaire, à Bordeaux, du 25 au 27 mars 2019, et la publication d’un bilan édité par Canopé

L’action pédagogique déployée par la Mission du Centenaire, en lien étroit avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, a donné lieu à la labellisation de plus de deux mille projets scolaires initiés à tous les niveaux et degrés. Au-delà de cette mobilisation remarquable sur l’ensemble du territoire et dans le réseau des établissements français à l’étranger, une véritable dynamique de productions d’élèves, pluridisciplinaires, a été mise en œuvre durant le Centenaire. Ouvertes aux mémoires internationales de la guerre, ces commémorations à l’École ont été un laboratoire pédagogique conduisant à repenser la place des enseignants et des élèves dans le rituel commémoratif des grandes cérémonies publiques. À l’horizon de la fin du Centenaire, la Mission a souhaité proposer un premier bilan, publié avec le soutien de Réseau Canopé, disponible en version dématérialisée. Ce bilan a été présenté et discuté à l’occasion des Assises pédagogiques du Centenaire qui se sont déroulées à Bordeaux du 25 au 27 mars 2019, en présence d’enseignants et de formateurs venus de toutes les académies.

Téléchargez : « Bilan pédagogique »

La rédaction d’un bilan territorial du Centenaire, proposant des monographies départementales afin de recenser les grandes dynamiques de la commémoration entre 2014 et 2018 dans chacun des départements

Dans le cadre de son activité de labellisation, qui permet à la fois visibilité, reconnaissance et éligibilité à une subvention financière, 6 455 projets issus des comités départementaux et académiques du Centenaire sont parvenus à la Mission du Centenaire entre 2013 et 2018, témoignant d’un élan commémoratif d’une ampleur inédite, émanant de tous les départements français. Le bilan territorial rend compte de cette activité commémorative foisonnante et protéiforme. Il s’efforce d’en dégager les contours généraux (acteurs, formats, pratiques commémoratives) et d’en cerner les spécificités locales.

Téléchargez : « Bilan territorial »

La rédaction d’un bilan diplomatique, dressant pour la première fois une perspective complète du volet international du Centenaire, en France et dans les postes diplomatiques à l’étranger

Le bilan diplomatique du Centenaire retrace pour sa part les cinq années d’activités internationales qui ont permis de donner leur pleine dimension aux commémorations avec le soutien actif du réseau diplomatique et consulaire français et des partenaires étrangers de la Mission, ce qui recouvre à la fois les cérémonies en France et à l’étranger, la projection ou l’ancrage international de nombre de projets labellisés et la mise à disposition de nos postes diplomatiques et consulaires de ressources rassemblées par la Mission. La dimension franco-allemande y est évoquée dans sa singularité et comme pivot de notre relation au passé et à l’avenir.

Téléchargez : « Bilan diplomatique »

La rédaction d’un guide des cérémonies publiques dans les territoires, codifiant les bonnes pratiques recensées et expérimentées depuis 2014 pour l’organisation de cérémonies dans les départements

Riche de l’expérience de cinq années de commémorations et d’une quinzaine de cérémonies de grand format dans neuf départements différents, la Mission du Centenaire a souhaité capitaliser sur ce savoir-faire pour le transmettre à ceux qui seront amenés à organiser dans le futur, de nouvelles cérémonies nationales hors de Paris. Pour ce faire, un groupe de travail, composé de représentants de préfectures et d’administrations centrales du ministère des Armées, de l’Intérieur et de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, a été constitué au premier semestre 2019. Le résultat de ses travaux est un guide qui codifie les bonnes pratiques en matière d’organisation de cérémonie nationale dans un département. Afin de ne pas préjuger de la forme ou du contenu qui pourrait être choisi pour une cérémonie, ce guide se concentre sur l’ensemble des aspects organisationnels, que ce soit en matière de circuit financier, de sécurité, de logistique, de mobilisation et de gestion des participants ou de communication. Il propose également des outils pour faciliter la coordination des différentes parties prenantes. Par le truchement du secrétaire général du ministère de l’Intérieur et du secrétaire général pour l’administration du ministère des Armées, il est diffusé à l’ensemble des acteurs : cabinets ministériels, directions centrales des ministères de l’Intérieur, des Armées et de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, préfectures, rectorats, services du ministère des Armées dans les territoires.

Téléchargez : « Guide de l’organisation des cérémonies »

La rédaction d’un bilan scientifique et historiographique

Le cycle commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale a donné lieu à une multitude de manifestations mémorielles, pédagogiques et culturelles qui ont permis de rappeler dans l’espace public l’histoire et la mémoire de l’épreuve que fut la Grande Guerre. À travers d’innombrables projets scientifiques et de vulgarisation, mais aussi grâce à son engagement dans de nombreuses instances scientifiques à l’échelle nationale, régionale et locale ainsi que sa participation au débat public autour de la guerre comme autour des commémorations et de la politique mémorielle à mener, la communauté scientifique de la Grande Guerre (historiens, chercheurs en sciences sociales et en lettres, conservateurs, etc.), encouragée en cela par la Mission du Centenaire, s’est efforcée d’accompagner les commémorations. Ce faisant, elle a rempli la double fonction sociale qui est traditionnellement la sienne et qui est celle de l’histoire en tant que science sociale : produire et diffuser un discours de vérité sur le passé d’une part, participer d’autre part  – à des divers degrés de distance critique – à la mise en place et à l’expression d’autres discours sur ce même passé, portés par des acteurs politiques, culturels, médiatiques, etc.

Un bilan définitif des activités scientifiques et des historiens pendant le Centenaire ne pouvant être dressé que bien après la fin de la séquence 2014-2019, il a paru indispensable de procéder d’ores et déjà, au sortir du cycle commémoratif, à un premier bilan. Afin de comprendre en profondeur le rôle joué par les historiens dans le « dispositif Centenaire », celui-ci ne peut se borner à un bilan historiographique stricto sensu, mais doit impérativement mesurer la manière dont les historiens professionnels ont pu peser dans le déroulement du Centenaire, et notamment dans la définition des politiques de mémoire. De ce fait, on sera logiquement amené à s’interroger de manière plus générale sur le rôle de l’historien dans la Cité au début du 21e siècle.

Ce premier bilan à la fois quantitatif et qualitatif doit permettre de répondre à plusieurs interrogations comme, par exemple, dans quelle mesure le Centenaire représente-t-il une rupture dans la manière dont la Grande Guerre est analysée et interprétée par le monde de la recherche ? Quel est l’impact de la conjoncture mémorielle sur la production savante ? Quel a été le poids relatif des « experts », toutes disciplines confondues, mais plus particulièrement celui des historiens, dans le « dispositif Centenaire » au sens politique, culturel et pédagogique ?

Dans cette perspective, la Mission du Centenaire a souhaité s’appuyer sur l’expertise scientifique du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG) de Péronne afin de proposer un premier bilan sous la forme d’un rapport. Le CIRHGG, en accord avec la Mission du Centenaire, a désigné M. Arndt Weinrich, historien allemand rattaché à l’université de Paris-Sorbonne, membre du comité directeur du CIRHGG et membre du conseil scientifique de la Mission du Centenaire, pour élaborer ce rapport-bilan. Il s’est entouré d’une équipe de douze chercheurs associés afin de mener à bien le dépouillement des archives, les interviews, les études sectorielles que demande ce rapport-bilan. Il comprendra une partie analytique qui présentera les conclusions/résultats des différents axes ainsi que des annexes mettant les données collectées à la disposition d’autres chercheurs. Dans la mesure où il sera indispensable de recueillir des textes qualitatifs (par exemple témoignages/analyses d’historiens et d’acteurs mémoriels, etc.), ceux-ci seront également réunis en annexe.

Ce document sera consultable aux Archives nationales dans les archives versées par la Mission du Centenaire et au CIRHGG.